DCP léger en Martinique

La pêche au gros en Martinique, pêche traditionnelle créole, se pratique près d’un Dispositif Concentrateur de Poissons (DCP). C’est une technique qui consiste à faire dériver des lignes eschées d’un vif (généralement une bonite) pour capturer de gros poissons comme les marlins, les espadons, les thons, les requins, les thazards.

Qu’est-ce qu’un Dispositif Concentrateur de Poissons (DCP) ?

Bien qu’on ne sache pas encore vraiment pourquoi, il a été observé depuis très longtemps, qu’une structure fixe ou en dérive, attire les poissons. Il est probable qu’après un séjour de quelques semaines dans l’eau, la structure serve de support à de petits coquillages et à des algues qui attirent de petits poissons, ceux-ci attirant finalement de plus gros poissons. C’est un écosystème agrégatif.
Comme sur beaucoup d’autres îles tropicales, les pêcheurs professionnels qui pratiquent la pêche au gros en Martinique et les autorités locales ont installé depuis les années 80 environ, de très nombreux DCP.
Ces dispositifs étant soumis à de forts courants maritimes, à la houle et aux tempêtes, ils se détériorent assez rapidement. Les pêcheurs professionnels martiniquais se regroupent et reconstruisent donc chaque année 4 ou 5 DCP autour desquels ils iront pêcher deux mois plus tard.

A quoi ressemble un DCP ?

Dispositif concentrateur de poissons

Dans le principe, un DCP est une installation assez simple.
Un DCP est constitué

  • d’un corps mort, très lourd, reposant au fond de l’océan, par 2000 à 6000 mètres de fond au large de la Martinique. Il sert d’ancrage. Les pêcheurs martiniquais le fabriquent à partir d’un fût en plastique de 200 litres dans lequel ils coulent du béton. Les manœuvres pour le transporter au large, entre 2 à 6 miles des côtes, et l’immerger, sont dangereuses et nécessitent une équipe de plusieurs pêcheurs expérimentés.
  • d’une ligne de mouillage rattachée au corps mort à un bout et à un gros flotteur en surface,à l’autre bout. La longueur de cette ligne de mouillage peut atteindre 6 km ! Sur cette ligne de mouillage, des bâches en plastique et de vieux filets de pêche sont rattachés. Ils servent de support à un écosystème constitué d’algues et de coquillages qui attirent les poissons.
  • d’un flotteur de surface qui permet aux pêcheurs de repérer visuellement l’emplacement du DCP.

Une fois installé, le DCP reste en place jusqu’à ce qu’une tempête le détruise.

Bouée de DCP en Martinique
Pêche en mer traditionnelle créole sur DCP

En Martinique, comment se déroule une partie de pêche au gros sur DCP ?

La pêche sur DCP consiste à faire dériver des lignes flottantes dans le courant autour du DCP. Elle vise des très gros poissons : thons, espadons, marlins, requins…

Pêche sur DCP en Martinique

Une ligne est composée

  • d’une bouée (elle même composée de 3 obus flottants, collés entre-eux)
Bouée de ligne pour pêche au gros sur DCP en Martinique
Bouée de ligne pour pêche au gros sur DCP en Martinique
  • d’un fil nylon de 200/100ème très résistant donc (résistance 150 kg), d’une longueur de 30 à 300 mètres selon la profondeur à laquelle on souhaite pêcher. Les différentes lignes sont posées “en escalier”, de plus en plus profond, de façon à trouver dans quelle hauteur d’eau se trouve le poisson. Le nylon est rattaché à la bouée par une grosse agrafe.
Lignes pour pêche au gros sur DCP en Martinique
Ligne pour pêche au gros sur DCP en Martinique
  • d’un gros hameçon de taille 7.0 ou 8.0 (10.0 à 12.0 si on pêche le requin). Sur cet hameçon, on vient “attacher” par le ventre une bonite de 500 g à 2 kg. La pêche à la bouée dérivante est donc une pêche au vif. Les bonites qui servent de vif, sont pêchées au leurre, à la traîne, parfois au jig. Il est très important que la bonite soit vivante au bout de la ligne . Une bonite morte est beaucoup moins attractive. C’est pourquoi la bonite est mise au bout de la ligne quasiment dès qu’elle est pêchée et qu’elle est changée après chaque dérive.
Pêche sportive en Martinique avec GEVENSEA
Pêche du marlin en Martinique
  • d’un gros hameçon de taille 7.0 ou 8.0 (10.0 ou 12.0 si on pêche le requin). Sur cet hameçon, on vient “attacher” par le ventre une bonite de 500 g à 2 kg. La pêche à la bouée dérivante est donc une pêche au vif.

La pêche au gros en Martinique consiste donc à

  • pêcher un vif, généralement une bonite, à la traîne ou au jig. Vous pourrez pratiquer cette pêche deux par deux (pas plus pour ne pas emmêler les lignes), à tour de rôle.
  • attacher ce vif à une ligne reliée à une bouée
  • lancer cette bouée et cette ligne qui vont dériver dans le courant près du DCP
  • surveiller les lignes : lorsque la bouée plonge, il y a du gros, du très gros au bout ! Pour des questions de sécurité (on risque de s’emmêler les pieds dans la ligne et plonger à l’eau, entraîné par le poisson), remonter le poisson est réservé au pêcheur professionnel, skipper du bateau. La réglementation interdit effectivement la remontée du poisson par un non-professionnel.
  • aller chercher chaque bouée en fin de dérive et la remonter en amont.
Pêche du marlin en Martinique avec GEVENSEA

Au total, ce sont environ 7 lignes qui sont mises à l’eau et remontées.

Chacun des 4 ou 5 pêcheurs présents sur le bateau participe activement à la dépose et à la remontée des lignes et des bouées sous les recommandations du skipper.

Pour votre sortie pêche au gros en Martinique, contactez Thierry, pêcheur professionnel qui vous fera découvrir cette pêche traditionnelle créole, au

00 596 696 548 420

Voir les tarifs de la sortie pêche au gros en Martinique